Pêle-mêle du dimanche

Qui eût cru que créer un compte Twitter était si difficile? Leur soutien technique est tellement nul que ça me donne envie de boycotter leur service pour un réseau social libre, genre diaspora* ou Mastodon. Je suis d’ailleurs déjà sur Diaspora, et j’ai envisagé de prendre le prétexte de ce blogue pour m’y réinvestir. Sauf que.

Toutes les personnes que j’ai envie de suivre sont sur Twitter, et je n’ai pas grand espoir de convaincre même l’une d’entre elles de migrer, que ce soit vers Diaspora ou Mastodon. Leurs habitudes, leurs ami-e-s, leurs centres d’intérêt sont sur Twitter. Pour que Diaspora ou Mastodon les attire, il faudrait qu’elles aussi parviennent à y emmener leur réseau, et ainsi de suite, vous voyez où cette logique nous mène : à un immobilisme généralisé, puisque chacun-e, nous dépendons d’un ensemble d’autres dont nous ne pouvons prétendre contrôler (ni même, souvent, influencer) les actions.

Pas qu’il n’y ait personne d’intéressant sur Diaspora. Mais on retombe vite sur la question de la ligne éditoriale. J’ai beau bien vouloir m’intéresser à tout, je n’ai pas, pratiquement, le temps de me consacrer à des sujets qui sont trop loin de ma propre réflexion — et, surtout, je n’ai rien à y contribuer. J’ai découvert quelques blogues sur Diaspora que je pense continuer à lire, mais le but d’un médium social, c’est avant tout l’échange, le partage… Or, de plus en plus, je me sens décalée, déconnectée. Je n’ai rien à dire sur la plupart des sujets que je vois passer sur Diaspora, et j’ai l’impression que les miens n’y trouvent aucun écho non plus.

Un fait qui n’est pas étranger à ce phénomène, et qui est au fond un problème général dans le milieu du libre, c’est que tu entres là-dedans, et tu as l’impression qu’il n’y a que des mecs blancs de classe moyenne. Alors, moi, courageusement, je me dis que ce n’est pas grave, que je vais ajouter un peu de couleur et que c’est tant mieux. Mais, malheureusement, la diversité n’est pas qu’une question de faciès, ou d’une lettre sur ta carte d’identité; quand tu es une minorité et que la majorité s’en fout (y compris par bienveillance mal placée, parce qu’elle ne veut pas « discriminer »), deux choix s’offrent à toi : tu restes dans ton coin, tu t’isoles, ou bien tu t’assimiles.

M’assimiler, je peux faire un peu, je peux faire un temps. Mais là, il se trouve que ça ne m’intéresse plus, que je n’ai plus le temps pour ça. Ce blogue, ce n’est pas une tentative d’assimilation, de faire comme d’autres, ces mecs blancs de classe moyenne que je lis et que parfois même j’admire. Je crois à présent que, si j’ai bloqué pendant des mois sur la façon de faire renaître ce blogue, c’est justement parce que j’étais en proie à ces tiraillements, à ces tentations. J’aurais aimé écrire quelque chose que les mecs de Diaspora auraient trouvé intéressant… peut-être.

Et puis finalement non. Le naturel est revenu au galop. L’inspiration m’est revenue sous la forme de tous ces articles qui parlent de littérature sentimentale, de justice sociale, de diversité, de genre, de politique (je n’ai pour l’instant écrit et publié qu’une infime partie de tout ce que je prévois; j’ai un cahier plein de notes pour de tels futurs articles). Des sujets qui ne fittent pas bien dans Diaspora, pour ce que j’en ai vu, mais qui se réfèrent à tellement de commentaires et d’articles que j’ai lus ou trouvés sur Twitter (j’ai déjà un compte Twitter, mais c’est mon compte « professionnel » au nom de ma maison d’édition).

Alors, ouais. J’aimerais dire : « On lâche Twitter; Twitter, c’est pas bien. » Mais ça prend un mouvement, ça; sinon, tu te retrouves seule et t’as l’air bien fine — Don Quixote contre son moulin à vent.



Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s