Pêle-mêle du dimanche

Ça fait un moment que j’ai envie de publier un petit récapitulatif de choses diverses et variées, mais… le temps me manque!

Enfin, je peux vous parler de Planet Earth II et Blue Planet II, les dernières saisons en date d’une série de documentaires d’histoire naturelle de la BBC, présentés par David Attenborough (aka l’idole de jeunesse de mon conjoint). Ce sont des films époustouflants, avec des images magnifiques, des histoires incroyables, et un montage qui ne nous permet pas de nous ennuyer une seule seconde… Que vous aimiez spécialement ou non les animaux et la nature, l’intérêt de ces documentaires va pour moi au-delà; pour nous autres créatives et créatifs, c’est aussi une leçon d’humilité, un rappel formidablement inspirant de la créativité infinie du réel, que l’on oublie parfois depuis le contexte étroit de nos villes modernes.

Je sais que je peux être tannante, avec mon refrain sur le réalisme en fiction, le fait que « l’évasion » et le fantasme ne m’intéressent pas et que rien n’est plus beau et plus fou que la réalité… Cependant, ces films sont le meilleur argument en faveur de ma thèse! Une démonstration en règle que le réel est, bien souvent, plus étrange que la fiction.

Ainsi, dans l’épisode The Deep de Blue Planet II, on découvre un poisson à la tête transparente — ce qui lui permet d’avoir une vision sans angle mort. Pratique, y a pas à dire! Nous faisons aussi la connaissance d’une autre espèce de poisson, dont certaines des femelles les plus grosses peuvent se transformer en mâles. Elle va se mettre à l’abri d’une cavité, ses hormones changent de femelle à mâle, et puis il en ressort, prêt à défier le mâle dominant pour le contrôle du groupe!

Et mon préféré : le lac tout au fond de l’océan. Oui, vous avez bien lu! Un lac salin qui, en raison de sa plus grande densité, reste séparé du reste de la mer. Des moules géantes hérissent ses rivages, et quelques cadavres d’infortunés flottent à la surface… En effet, si quelques animaux téméraires s’y aventurent parfois en quête de nourriture, attention! Son eau est tellement salée qu’y rester une seconde de trop peut donner des convulsions à l’audacieux, jusqu’à l’empêcher d’en réchapper. Enfin, dans le dernier épisode, on a une seiche mâle qui va profiter de sa petite taille pour se déguiser en femelle, et réussir grâce à ce subterfuge à s’accoupler avec la vraie femelle au nez et à la barbe du gros mâle dominant! C’est digne d’un vaudeville, vous ne trouvez pas?

J’ai vu Planet Earth II il y a plus longtemps, mais je me rappelle deux épisodes différents qui montraient un groupe de lionnes en chasse, et… Waouh! C’est la parfaite description visuelle de badass! (On en voit des extraits dans la bande-annonce ci-dessus; aussi, le combat des aigles, les singes qui font du parkour dans les villes d’Inde… inoubliable!) Et c’est cela, au fond, qui m’a le plus frappée, en tant qu’écrivaine : avec quelle facilité et quelle intensité toutes ces scènes issues du réel suscitaient en moi les émotions que tant d’œuvres de fiction peinent à évoquer…

Sur un autre sujet, j’ai fait l’acquisition le mois dernier de Tueurs d’anges, un roman autoédité de Rozenn Illiano. Je n’ai pas encore commencé ma lecture, parce que j’ai beaucoup de mal à lire lorsque j’écris en parallèle… Mais ça me donne une raison de plus de me remettre au jiu-jitsu : avoir du temps pour lire dans les transports (même si j’ai aussi l’habitude de prendre ce temps pour travailler mes scènes à l’avance…).

Sinon, j’ai également découvert les écrits d’Erwin Doe avec le début de la série Un long voyage, que j’ai vraiment bien aimé. Ses textes sont en lecture libre. Et je n’ai pas encore décidé quel-le auteur-e indépendant-e je vais acheter pour le mois de mars…

Enfin, quelques liens vers des articles qui m’ont intéressée et touchée : tout d’abord, Nous méritons tous nos propres histoires d’amour : Plaidoyer pour un héros banal, de Jo Ann von Haff. Je songe à en reparler dans un prochain billet, consacré à la création de personnages « attachants ». Deuxièmement, si vous lisez l’anglais, Courtney Milan on Feminism and the Romance Novel est une interview de l’auteure, assez courte, et que je peux appuyer presque en tous points. Il y a quelque chose qu’elle dit en particulier, que je n’avais jamais pensé en ces termes, jusqu’à ce que je relise mon dernier manuscrit de romance… et je ne peux désormais qu’abonder dans son sens :

I don’t actually try and make people sexy to the reader. I try to make them sexy to each other and to put you enough in the point of view of the character involved that you can feel that attraction.

Je crois que j’apprends de mieux en mieux à me séparer de mes personnages et de ma fiction. Au départ, je voyais beaucoup mes héros comme tous les hommes avec qui j’aurais pu être, mais, plus je les creuse, et plus je fais un effort de diversité, plus je réalise que non, au fond, je n’aimerais pas forcément être avec des hommes comme ça pour de vrai… mais mes héroïnes, si — et c’est bien la seule chose qui compte!


2 commentaires on “Pêle-mêle du dimanche”

  1. Roanne dit :

    J’adore les articles pêle-mêle ! C’est hyper inspirant, on y trouve plein d’idées, donc j’espère que tu en écriras d’autres !
    La couverture de Tueurs d’anges est sublime, j’ignore de quoi il parle mais j’espère qu’il est bien.
    Je note pour Planet Earth, je ne sais pas quand j’aurai l’opportunité de regarder mais c’est le genre de documentaire qui pourrai me plaire.

    • Jeanne dit :

      Cool, et merci! 🙂 J’aimerais en écrire plus souvent, mais, comme je me suis lancée dans ce défi d’écrire un gros article par semaine, j’avoue que presque tout mon temps de blogue a tendance à partir là-dedans…


Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s