Écrire un héros de romance (après #MeToo) 2/2

Ceci est la suite de la première partie.

3) La cohérence

Dans le point 1), j’ai évoqué des stéréotypes et des généralités. Mais tout protagoniste de roman révèle au fil du texte ses nuances. Le défi est alors de garder l’ensemble cohérent.

Tout homme est constitué de divers niveaux de masculinité, il se trouve à la fois dans et hors de la norme. Concevoir son héros comme un tel mélange aide à le rendre crédible, à éviter les caricatures. Pour autant, toutes les combinaisons ne fonctionnent pas, et chaque trait doit répondre aux autres, au contexte et à la façon dont le héros le vit. Ainsi, je bute toujours dans mes lectures sur le héros hyper-masculin qui livre ses sentiments sans aucune retenue, soit beaucoup trop vite, soit avec bien trop de détails. Je n’arrive pas à l’imaginer. Vous me pardonnerez cette autre généralité : dans mon expérience, la seule chose qu’un homme protège plus jalousement que ses couilles, ce sont ses sentiments.

À ce propos, si les normes masculines sont aussi pérennes, si elles résistent aussi bien à la critique, c’est qu’elles forment une sorte d’échafaudage géant, de tour de Djenga. Si tu en enlèves un bout, tu cours le risque que tout s’effondre. Et, les hommes n’ayant aucune certitude quant à ce qui les attend de l’autre côté, maintenir le statu quo devient une tactique de survie — plus que la défense délibérée de leurs privilèges (à quoi les SJW voudraient réduire toute tendance conservatrice…). Aussi, il me semble que si les hommes partagent leurs sentiments de façon aussi parcimonieuse, c’est peut-être juste pour ne pas trop pleurer.

Si vous écrivez un héros qui offre son cœur à tout propos pour être piétiné, vous devez avoir l’honnêteté de le faire pleurer autant que pleure une femme. Moi, j’aime bien faire pleurer mes héros; je trouve que ça crée un bel effet dramatique… justement parce que c’est exceptionnel. Vous trouverez peut-être ma vision désespérément traditionaliste, mais je ne crois pas que je pourrais être avec un homme qui pleure plus que moi (pas devant moi, en tout cas). Dites-moi ce que vous en pensez dans les commentaires, mais, pour moi qui fus très pleureuse et qui ne le suis plus (grâce à Dieu), une certaine capacité à contrôler les manifestations de ses émotions est une bonne chose, une preuve d’intelligence et de maturité émotionnelles, pour les hommes comme pour les femmes.

Cela inclut évidemment les manifestations de colère — on retombe sur la question de la cohérence. Pour moi, un héros qui ne sait pas maîtriser l’expression de sa colère n’est pas viril, mais bien un homme immature, mal dégrossi, pas encore sorti de l’enfance; et cela devrait impacter négativement tous les autres aspects de sa vie. Je déplore que, sous le prétexte pourtant non-neutre de lutter contre les stéréotypes, le discours postmoderne ait renoncé à toute réflexion sur les valeurs; à savoir que, s’il est important que pleurer devienne acceptable pour un garçon ou un homme, cela devrait être dans l’optique de se débarrasser des catégories mêmes de ce qui est « acceptable » et « inacceptable », et non parce que tout se vaut.

Non qu’il y ait une vérité unique ou absolue (en réalité l’autre face de la même médaille : c’est rendu inacceptable de nier que tout se vaut), mais il faut rendre aux individus la possibilité de penser, de décider, d’orienter leur vie enfin selon ce qu’ils jugent désirable. La liberté d’être tout et n’importe quoi est une fausse liberté, peu propice au bonheur. La démolition des autorités traditionnelles n’a pas su s’accompagner d’une véritable réappropriation du pouvoir et de l’autorité par les invididus; au lieu de quoi, on a laissé les formes les plus insidieuses, les plus invisibles (le marché, l’État), acquérir des forces prodigieuses, qui nous façonnent jour après jour, et contre lesquelles nous sommes bien impuissant-e-s à lutter. Je m’arrête ici; je sens que je vous perds…

Discutons plutôt de cette expression : « alpha in the sheets, beta in the streets ». Je crois que c’est représentatif d’un certain état d’esprit parmi les auteures libérales de romance, qui aimeraient voir la masculinité comme un menu à la carte, où l’on serait libre de continuer à valoriser arbitrairement les traits traditionnels qui nous plaisent, tout en remisant ceux qui nous mettent mal à l’aise. Ah! j’ai beau vouloir changer de sujet, on retrouve sans cesse les contours de la même idéologie : tout est ou devrait être possible, et la vie et l’humanité même ne sont que des immenses marchés dans lesquels chacun-e peut piocher et consommer à loisir (mais, sous la profusion d’étiquettes, c’est toujours le même vide qu’on brasse, et cet hypermarché de l’existence n’a pas d’issue de secours).

Toutefois, ce nouveau héros sur mesure est-il davantage qu’un concept? Plutôt que le réel, n’évoque-t-il pas un escort payé pour des services et qualités bien précis, ou encore une future intelligence artificielle au script tout à la fois aguichant et « sécurisé »? Peut-être aussi n’est-ce là que le dernier avatar d’un paradoxe natif au genre, celui du héros simultanément hyper-masculin et « nurturing », voire du débauché réformé (reformed rake). Nous désirons en même temps le summum et l’opposé de la virilité. Et si la romance illustre cette contradiction avec transparence, n’est-ce pas le dilemme qui s’impose à toute femme hétérosexuelle? (Auquel cas, le fait même de rechercher ou de préférer des hommes moins virils constituerait une stratégie de mitigation, un calcul, un compromis, si tant est que le désir continue à viser spécifiquement les individus masculins.)

Personnellement, malgré toutes les promesses de ce type de héros symbolique, j’avoue avoir un faible pour les héros réalistes… Et « réaliste » ne signifie pas (forcément) « ordinaire ». En effet, j’aimerais tout de suite réfuter le préjugé commun selon lequel tout ce qui s’oppose au fantasme est banal ou médiocre. Je revendique sans réserve le fait que les héros de romance soient au-dessus de la moyenne, voire exceptionnels. Les hommes n’ont pas besoin de complaisance, d’indulgence, mais qu’on les tire vers le haut.

Je ne crois pas au mâle alpha pur, pas plus qu’au bêta pur (ou à l’oméga, selon qu’on adopte une vision binaire ou pas). En revanche, je crois qu’une personnalité alpha le reste, qu’on soit au lit ou dans la rue, et de même pour une personnalité bêta. Et c’est ainsi, à mon avis, qu’on peut construire des personnages à la fois cohérents et nuancés : en admettant qu’aucune qualité ni aucun défaut n’est absolu, que tout ce qui est positif a aussi un versant négatif, et vice versa. Nous avons tou-te-s les qualités de nos défauts, et les défauts de nos qualités. Un héros très viril devrait exhiber les limites inhérentes à la virilité, et un héros moins viril, le potentiel complémentaire qui naît avec cette alternative. Et encore, ce n’est considérer les choses que sous un angle unique; bien sûr, la personnalité des hommes ne se développe pas uniquement en rapport à la virilité, ni même à la masculinité (même si, dans notre monde binaire, on peut interpréter à peu près tout sous l’ange du genre, à tort ou à raison).

À titre d’exemple, et puisque c’est une réflexion qui m’est venue en travaillant sur une série contemporaine (encore en plein chantier à ce jour…) : j’ai un héros qui, au départ, est assez riche, avec une bonne carrière… quelque chose de fréquent en romance, et généralement dépeint sous une lumière seulement positive. Or, c’est ignorer la réalité des personnes qui optent pour ce genre de vie. Cela implique une relation particulière à l’argent, un amour des belles ou bonnes choses et du confort, un manque de tolérance pour l’incertitude et l’insécurité financière, ainsi que peu de présence et d’implication domestiques si la carrière est prenante (et elle l’est souvent, si le salaire est à l’avenant). Vivre avec ce genre d’homme, c’est loin d’être de la tarte! À toi toutes les tâches ménagères pendant qu’il va claquer son pognon à Vegas; youpi! (Non, mais, sérieux, j’en ai trop rencontré, des types comme ça; je suis blasée.)

Autre exemple : j’ai décidé que la série tournerait autour de la vie d’un gym, à la fois parce que c’est ce que je connais et parce que c’est une façon commode de justifier que la majorité des mecs soient bien foutus (ce qui n’empêche pas la diversité physique). Mais, là aussi, le physique avantageux ne vient pas gratuitement. Et je ne parle pas ici du fait qu’il faut souffrir pour être beau (de toute façon, j’ai l’impression que les hommes aiment ça, souffrir… il n’y a qu’à songer à leur rituel sado-macho, ou peut-être maso-macho, de passage de ceintures… si vous êtes curieux/se, je veux en faire la scène d’ouverture de mon tome 1 — ça va saigner, et pas qu’au figuré…).

Bref, non. Je veux parler du culte du corps et de la vanité qui sont indissociables du fait d’avoir, justement, un beau corps — et d’avoir travaillé dur pour ça. Les héros de romance sont souvent présentés comme arrogants par rapport à leur pouvoir de séduction, mais plus rarement comme préoccupés de leur apparence, aimant se regarder dans le miroir, admirant leurs muscles ou s’échangeant sans cesse les nouveaux régimes à la mode — peut-être parce que ça gâcherait l’image 100 % virile qu’il faut absolument préserver? Or, je vous jure que c’est ça, la culture des gyms… Et tu ne peux pas avoir ce corps sans aller au gym — un autre mensonge qu’on veut nous faire gober, celui de l’homme qui, naturellement, sans aucun effort particulier, serait… hum, buff, cut? Comment dit-on en français?

4) La transformation

C’est le dernier aspect à considérer lorsqu’on écrit tout personnage dans une œuvre narrative : son évolution. L’histoire que vous racontez doit agir sur le héros, le changer, l’amener d’un point A à un point B. C’est peut-être la raison purement technique pour laquelle les héros « connards » ou, du moins, peu recommandables sont légion; ce sont eux qui permettent la transformation la plus dramatique. D’une simple éducation morale, on bascule dans le thème de la rédemption — un des concepts les plus puissants du christianisme…

C’était aussi l’explication de l’auteure Chani Brooks quand je l’ai rencontrée et que nous avons discuté de dark romance. Or, selon elle, les gens ne peuvent pas changer à ce point… et j’avoue que je tends à lui donner raison. Nous sommes donc face à un dilemme. D’un côté, la romance est souvent résumée à un enjeu : la transformation du héros, qui devient à la fin digne de l’amour de l’héroïne en consentant à entrer dans son monde, à adopter ses valeurs de connexion émotionnelle, d’attachement, de soin de l’autre. Les féministes y voient non seulement la validation et la célébration des vertus féminines, mais aussi l’affirmation non anodine que oui, les hommes peuvent changer, et qu’il est donc pertinent de l’exiger d’eux, plutôt que de se résigner à des lieux communs comme « boys will be boys ».

D’un autre côté, comprise à un niveau plus littéral, cette version ne crée-t-elle pas l’illusion dangereuse qu’on peut réussir à faire ce qu’on souhaite de n’importe qui? Pire, ne met-elle pas implicitement cette responsabilité sur les épaules de l’héroïne — donc de la femme — en nourrissant son syndrome du sauveur? Ne sous-entend-elle pas également que l’héroïne, elle, n’a pas à être sauvée, car elle possèderait d’emblée, naturellement, le don d’aimer les autres; en somme, que sa tâche à elle n’est pas de changer ou de grandir, mais d’incarner la femme unique et exceptionnelle pour qui le héros trouvera la force et la motivation de changer, alors qu’il ne l’a pas pu pour toutes les autres (n’oublions pas qu’il est, en majorité écrasante, un homme d’expérience…)?

Dans la romance que j’écris actuellement, le héros fera peut-être grincer des dents certaines féministes, et le politiquement correct demanderait probablement que je « règle » ses écarts de conduite, que je lui fasse renier à la fin ses propos et actions du début. Cependant, pour les raisons ci-dessus, que j’estime tout aussi féministes, ce n’est pas l’angle que j’ai choisi.* C’est mon héroïne que j’ai voulu travailler, c’est elle dont je veux montrer le chemin, les failles, les erreurs. Pour une fois, est-ce qu’on peut avoir un héros dans le rôle « passif » de la femme? Est-ce qu’on peut avoir un héros qui n’est pas émotionnellement handicapé, un héros qui a le droit d’être aimé tel qu’il est, avec tous ses défauts?

Enfin, sans doute faut-il faire la part des choses. Je crois qu’on peut, dans une certaine mesure, changer son comportement, sa vision du monde, voire ses principes. Mais ceux-ci seront toujours influencés par quelque chose d’irréductible en nous, un tempérament, des inclinations, des pulsions. Il s’agit simplement de respecter la cohérence à travers la transformation. Ainsi, l’un des principaux clichés en romance est de présenter un héros attaché à sa famille, ses amis, et distant uniquement avec les femmes. On peut donc déduire d’une qualité qu’il possède qu’il est capable d’acquérir ou de retrouver celle qu’il a perdue, ou qu’il avait jusque-là évitée.

Je pense aussi que si Pride and Prejudice a toujours autant de succès, c’est parce que ni Lizzie ni Darcy ne sont parfaits, et qu’ils doivent tous les deux faire l’effort de changer, de ravaler leur orgueil et leurs préjugés (d’où le titre, littéralement…) pour se rencontrer au milieu — une vision finalement très égalitaire, qui ne s’appuie sur aucun stéréotype genré, pas plus l’homme pervers à réformer que la femme irréprochable qui sait se faire mériter (d’autant plus réaliste ici que Lizzie n’a que vingt-et-un ans).

Je trouve aussi que Jane Austen amène très finement la façon dont Lizzie accumule de l’expérience avec les hommes, à travers ses relations avec Mr. Collins et Mr. Wickham. Paradoxalement, malgré le contexte rigidement codifié, Lizzie fait preuve de beaucoup plus d’agence que nombre d’héroïnes modernes — dont les relations passées, s’il y en a, n’ont pour but que de les mettre en position de victime : l’homme qui n’a pas su m’aimer, qui n’a pas su me respecter, qui n’a pas su me donner un orgasme, etc. C’est ce qui nous donne le cliché du méchant ex (evil ex, dont existe aussi la version féminine, pour justifier tous les blocages psychologiques du héros), dont le destin est de se faire casser la gueule par le héros — souvent une simple ficelle qui permet, outre de mettre un peu d’action, d’établir la supériorité d’un héros moralement ambigu, voire de trouver un exutoire légitime à sa violence.

Le fait est que, dès qu’on envisage la dimension dynamique du couple, la définition du héros ne peut pas se dissocier de celle de l’héroïne; et c’est pourquoi, encore une fois, ce que sont les hommes est notre affaire, car cela engage la façon dont ils nous traitent et nous considèrent, et dont nous acceptons — ou pas — d’être traitées et considérées. De plus, il me semble faux d’affirmer que les genres seraient hermétiques l’un à l’autre, c’est-à-dire qu’un homme, en sa qualité masculine, ne peut jamais pour une femme que représenter l’autre. Les modèles masculins ont aussi leur importance dans la construction de l’identité féminine, et je peux témoigner qu’en tant qu’écrivaine, je n’aborde jamais les personnages masculins dans une pure extériorité, mais bien de la même façon que les personnages féminins, dans une démarche d’identification et d’authenticité.


* Le héros évolue, mais sur un plan qui n’a pas de rapport avec l’intrigue amoureuse. Du reste, son évolution relève davantage de la dégradation, car je ne pense pas que quiconque puisse s’améliorer en se retrouvant dans la position où je l’ai mis…


2 commentaires on “Écrire un héros de romance (après #MeToo) 2/2”

  1. Élixirs Florescence dit :

    Coucou 😊

    J’espère que tu vas bien….Et que nous nous verrons samedi ! J’ai cherché le lien que tu m’avais envoyé pour acheter tes livres mais je ne l’ai pas retrouvé. Pourrais tu me le renvoyer j’ai envie de commencer la lecture 😉 Bon belle nuit à toi et à très bientôt 😁😇


Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s