Into the Storm, de Suzanne Brockmann

Ma note : 4/5

Tout à coup, j’ai eu envie de lire du Suzanne Brockmann. Elle est l’une des auteures qui m’inspirent le plus en romance; pas forcément « mon auteure préférée » (j’aurais du mal à en identifier une parmi toutes les autres), mais celle dont le style d’histoires est le plus proche de ce que je suis et de ce que j’aimerais écrire, moi aussi.

Sur la recommandation de Chloé Duval, j’ai emprunté et commencé à lire Do or Die (chronique bientôt?). Or, après quelques chapitres seulement, ce n’est pas que je n’aimais pas, mais… mes personnages familiers me manquaient. Je me suis rappelé que je n’avais jamais fini Into the Storm. Alors, j’ai repris ce dernier et je n’ai pas pu m’arrêter.

Un peu de contexte, pour celles ou ceux qui ne connaîtraient pas cette auteure… Elle s’est fait connaître en écrivant de la romance contemporaine à suspense avec des héros militaires. Elle a commencé à écrire sur les Navy SEALs avant que le grand public n’entende parler de cette unité des forces spéciales américaines, devenue culte depuis (ce sont eux qui ont trouvé et tué Ben Laden). Elle en a notamment tiré sa série la plus connue et la plus longue, Troubleshooters Inc.

J’ai lu les tomes 1, 2, 4, 5, 6, 11, 13, 14, 15 et 16 de la série, et Into the Storm est le dixième (non, je ne lis pas dans l’ordre, et alors?). J’avais oublié pourquoi je tenais à revenir en arrière dans la série, après en avoir atteint la fin (sur le site de l’auteure, Do or Die y est aussi inclus en n° 18, mais le lien entre les personnages est en réalité très ténu). En rouvrant le roman, je me suis souvenue.

Parce que j’adore ses Navy SEALs!!!

Dans le tome 1, le héros est le lieutenant Tom Paoletti. Les cinq livres suivants ont pour héros ses amis de la « Team Sixteen »  (à titre personnel, je préfère les tomes 4, 5 et 6 aux deux premiers). Puis, avec le tome 7 (que je n’ai pas lu), virage : Paoletti se retire de l’armée et fonde sa compagnie privée de sécurité, les Troubleshooters Inc.

Au début de la série, les romans jonglaient entre trois romances parallèles, dont une située dans le passé, autour de la Première ou Seconde Guerre mondiale. À partir de Troubleshooters, ces intrigues secondaires vont se resserrer sur des personnages contemporains qui gravitent autour de l’entreprise ou de la Team Sixteen.

Et l’explication de mon exclamation plus haut, c’est que ses intrigues qui mettent en scène des Navy SEALs me plaisent plus en général que lorsqu’il s’agit de simples agents de Troubleshooters, fussent-ils d’anciens militaires. Je n’ai pourtant aucun préjugé par rapport à l’un ou l’autre type de personnage; c’est juste une constatation à posteriori.

Into the Storm suit la relation entre Mark « Jenk » Jenkins, petty officer, first class chez les Navy SEALs, et Lindsey Fontaine, ex-LAPD qui travaille désormais pour Tom. J’ai beaucoup aimé le couple qu’ils formaient, et je me suis rendu compte en lisant ce roman à quel point j’ai été, inconsciemment, influencée par Brockmann dans mes propres écrits. Je découvrais ainsi dans certaines de ses péripéties des idées que j’ai moi-même mises dans ma série… Merde! Moi qui croyais être originale… Elle l’a écrit avant moi! On va dire les grands esprits se rencontrent! LOL

En même temps, elle place la barre haut et me rappelle ce qui fait une bonne romance : la capacité à faire ressentir à la lectrice des émotions si intenses qu’elle en a le cœur tout comprimé, que ça lui fait physiquement mal… C’est ce qui m’est arrivé!

Enfin, je me demande si l’une des raisons pour lesquelles je préfère quand ses héros sont des militaires actifs, c’est leur camaraderie et leurs bêtises de gars, que l’auteure arrive pas mal bien à rendre. S’il y a Jenk, alors Izzy, Gillman et Lopez ne sont pas loin; et voilà pourquoi je voulais lire Into the Storm. Je crois que mon préféré du lot reste Izzy… Les autres aiment le rembarrer et le traiter de asshole, mais qu’est-ce qu’il me fait rire! Et j’avais beaucoup aimé son histoire avec la sœur de Gillman (Into the Fire et Breaking the Rules).

Bref, il y a vraiment tout ce qu’on peut souhaiter dans ce roman : de l’amour, du suspense, de l’humour, du sexe, de la diversité, des références geek… Et, malgré certains sujets violents ou durs, ça fait chaud au cœur de traverser toutes ces épreuves aux côtés d’amis si dévoués les uns aux autres!

Tom put the car into gear. “Am I allowed to say thank you?”
“For what?” Lindsey tried not to be too obvious about turning to watch Jenk as they drove away. He was watching her, too. He lifted his hand in a wave.
“For reminding me,” Tom told her, “that even in the face of sheer ugliness and evil, there’s still a lot in life that’s hopeful and good.”

Suzanne Brockmann, Into the Storm