La Promesse de la vierge, une alternative féminine au voyage du héros

Plusieurs d’entre vous étiez curieux d’en savoir plus, lorsque j’ai évoqué cette histoire de « promesse de la vierge » (virgin’s promise en anglais). Il s’agit d’une des nombreuses tentatives de proposer un pendant féminin au voyage du héros de Campbell.

Pour rappel, le voyage du héros est fondé sur l’idée de « monomythe ». D’après Joseph Campbell, un enseignant-chercheur en littérature et religion comparées, il existerait une structure commune à tous les récits humains. Le voyage dy héros s’appliquerait aussi bien aux histoires de Buddha et de Prométhée qu’à celles de Gilgamesh et d’Ulysse…

Pour autant, prétendre résumer tous les récits (réussis) du monde à une seule structure reste une sacrée prétention. Notamment, plusieurs auteures ont depuis émis des réserves par rapport au préjugé masculin du voyage du héros.

Une histoire peut-elle être féminine ou masculine?

Ici, je voudrais m’arrêter brièvement sur ce qu’on entend par « masculin » et « féminin ». Tout le monde, et même Campbell, admet que le « héros » de son voyage peut être, en fait, une héroïne. Et, pareillement, la « vierge » conceptualisée par Kim Hudson peut très bien être un homme.

Alors, pourquoi mettre un genre (au sens féministe, cette fois, pas littéraire!) sur ces considérations? D’une, parce que si l’on s’interdit de parler du genre et de le reconnaître, on s’enlève la possibilité de parler de préjugés genrés, qui avantagent systématiquement certaines personnes au détriment d’autres.

De deux, quoique je sois favorable à la décorrélation théorique entre genre et sexe, je pense qu’il est, dans la pratique, à la fois inévitable et souhaitable que le genre de la plupart des personnes soit corrélé à leur sexe. D’où l’importance de militer pour l’égalité des genres, et non pour leur abolition. Ceci est ma position personnelle en tant que féministe; vous êtes libre d’en avoir une autre.

En quoi, donc, la promesse de la vierge est-elle un récit féminin? D’abord parce que, selon son auteure, Kim Hudson, cette structure correspond mieux que le voyage du héros à nombre de contes et de mythes centrés autour de personnages féminins. Ensuite parce qu’elle reprend effectivement des thèmes et des enjeux marqués comme féminins par la culture…

Comparaison entre voyage du héros et promesse de la vierge

Dont, pour commencer, celui de la femme comme force révolutionnaire. Pour moi, et cela date de bien avant ma découverte du travail de Kim Hudson, la femme a toujours été celle qui bouscule l’ordre établi. Ne serait-ce que parce que l’ordre établi lui permet rarement d’être pleinement… C’est aussi celle qui enfante, qui crée le nouveau. Par contraste, l’homme est celui qui protège, qui conserve.

C’est précisément là-dessus que Kim Hudson établit la différence entre la promesse de la vierge et le voyage du héros. Dans le voyage du héros, sa communauté de départ est essentiellement bonne. Or, un danger extérieur la menace. C’est pour combattre cette menace étrangère qu’il entreprend son voyage… Il doit surmonter son complexe maternel, c’est-à-dire quitter son confort (symbolisé par la mère) pour apprendre le sacrifice de soi.

Dans la promesse de la vierge, au contraire, sa communauté de départ est essentiellement oppressive. La vierge doit s’éveiller à son plein potentiel afin de réussir à transformer sa propre communauté. Elle doit surmonter son complexe paternel, c’est-à-dire défier l’autorité (symbolisée par le père) pour s’épanouir en tant que personne.

Nocturne étant mon premier roman publié, j’y ai commis quelques erreurs. Notamment, j’ai sans doute voulu y intégrer trop de genres différents. Et pourtant, il me semble que le récit fonctionne… Comment? Grâce à la promesse de la vierge! En effet, mon intrigue suit intuitivement ce développement logique, ce qui lui donne malgré tout une certaine unité et cohérence. Je vous montre?

Je vous préviens : mon analyse ci-dessous va contenir de nombreux spoilers. Si vous préférez avoir lu le texte avant, je vous signale que l’ebook est en spécial à 2,99 € (ou 4,99 $) jusqu’au dimanche 16 février sur toutes les plateformes de vente. Profitez-en!

Par simplicité, je vais me concentrer uniquement sur l’arc narratif de mon héroïne, Léara, qui est déjà double et correspond à deux genres externes : société et amour.

Les 13 étapes de la promesse de la vierge

1. Le monde dépendant : Au départ, l’héroïne est dépendante de son univers, aussi insatisfaisant soit-il. C’est ce qui explique qu’elle l’ait « accepté » jusque-là. Léara, une démone inférieure, est financièrement dépendante de son travail de serveuse (société). Elle n’a pas plus de prise sur la situation politique et, notamment, les tensions qui opposent anges et démons (amour).

2. Prix de la conformité : L’héroïne souffre de devoir se plier aux règles de sa communauté. Léara se fait tripoter au travail sans avoir aucun recours (société). Elle est également exposée à l’insécurité qui règne à la périphérie du quartier, et qui est causée en partie par les anges (amour).

3. Opportunité de briller : L’héroïne accède à une première opportunité d’agir ou d’être différemment (cela doit être quelque chose de plus ou moins interdit). Léara rencontre les membres d’un réseau souterrain de dissidence (société). Elle fait aussi la connaissance du héros, Micka, un ange, et couche avec lui (amour).

4. Adopte le costume : En anglais, « dress the part ». L’héroïne ici assume, quoique secrètement, la possibilité de sa nouvelle identité. Léara se prend au jeu de la dissidence, établit des contacts (société). Elle revoit Micka (amour).

5. Le monde secret : L’héroïne développe, toujours en secret, sa nouvelle identité, ses nouveaux pouvoirs. Léara participe à l’organisation d’une rébellion ouverte (société). Léara décide de continuer à fréquenter clandestinement Micka (amour).

6. Ne colle plus à son monde : Le développement de sa nouvelle identité lui rend de plus en plus difficile de continuer à faire semblant. Léara a de la difficulté à mener de front son travail, ses tâches ménagères et la rébellion qui se prépare (société). Elle hésite aussi à trahir ses alliés en avertissant Micka du danger qui le guette (amour).

7. Prise en flagrant délit : En anglais, c’est « caught shining », donc on parle spécifiquement de son monde secret qui se révèle. Léara participe ouvertement à la tentative de rébellion (société). Blessée, elle appelle Micka au secours (amour).

8. Renonce à ce qui l’entravait : Jusque-là, l’héroïne jonglait avec plus ou moins de succès entre les attentes de son monde et son propre rêve. Désormais, la contradiction la rattrape. Léara est identifiée par le patron et punie; elle perd son travail (société). Elle avoue ses sentiments à Micka (amour).

9. Le royaume dans le chaos : En conséquence de ce qu’a fait l’héroïne, son monde traverse une période de chaos. Les représailles du patron continuent; Léara doit se faire héberger (société). Les sbires du patron tendent un piège à Micka, qui est ensuite utilisé contre lui pour l’inculper d’un crime (amour).

10. Erre dans le désert : L’héroïne hésite entre retourner aux règles de son monde, ou faire une ultime tentative pour réaliser son rêve. Léara envisage de quitter la ville ou de se réfugier dans une union arrangée (société). Elle tente de joindre Micka, en vain (amour).

11. Choisit sa lumière : L’héroïne choisit de poursuivre son rêve. Léara rencontre Hiéronymus et choisit de tenter une seconde rébellion à ses côtés (société). Elle se rend compte qu’elle ne veut pas se caser par intérêt, et envoie la photo compromettante d’un ange à Micka (amour).

12. Le réordonnement : Finalement, le monde se réordonne selon la nouvelle direction indiquée par l’héroïne. Sous l’impulsion de Léara, une grande partie du quartier se soulève et le patron est vaincu (société). Micka la retrouve et lui annonce qu’il quitte la milice pour être avec elle officiellement (amour).

13. Le royaume est plus beau : L’héroïne a non seulement réalisé son potentiel, mais toute sa communauté en a bénéficié. Le pouvoir démoniaque a changé de mains, et on peut espérer que la société sera désormais un peu plus libre et un peu plus juste (société). Léara et Micka officialisent leur union et leur vie s’améliore de ce fait (amour).

En réalité, on peut vouloir des preuves que le royaume est réellement devenu plus beau… et c’est l’une des raisons pour lesquelles je m’abîme dans une suite depuis deux ans!

Soutenir mon activité :Donate using Liberapay Merci!